calvitie et covid 19
  • 43

L’automne est l’une des périodes les plus délicates pour nos cheveux, qui ont ces années un autre ennemi dans la pandémie. Voyons pourquoi et surtout comment préserver sa santé avec les conseils de nos experts.

L’automne est notoirement l’une des périodes les plus délicates pour nos cheveux, en cette saison, ils sont généralement plus faibles et sujets à la chute. Les raisons peuvent être différentes, à commencer par le « stress » auquel ils ont été exposés pendant l’été : une plus grande exposition au chaud soleil d’été et à des éléments qui peuvent déstabiliser le cuir chevelu, comme la salinité de la mer et le chlore des piscines ; ou, encore, le plus grand stress psychophysique dont sont victimes de nombreuses personnes pendant les vacances, qui bouleversent un peu leurs habitudes et avec elles aussi leurs rythmes circadiens : on dort moins, on mange à des heures différentes que d’habitude, on varie son alimentation. A cela s’ajoute la diminution des heures de lumière en automne, ce qui affecte également le biorythme du corps et, par conséquent, la santé des cheveux. 

Si à ce problème, qui dans des conditions normales se pose chaque année à l’automne, on ajoute le fait que nous sortons d’une période difficile liée à la pandémie et aux restrictions associées, qui ont inévitablement généré beaucoup de stress chez de nombreuses personnes, on comprend à quel point cette année nos cheveux pourraient être davantage touchés dans une période, l’automne, qui en elle-même est déjà défavorable. Plusieurs études ont, en effet, enregistré comment les cas de calvitie ont également augmenté, au-delà de la chute de cheveux saisonnière plus ou moins physiologique, ce qui est conforme aux conséquences psychologiques à long terme et profondes de l’urgence sanitaire que l’Organisation mondiale de la santé a doit mettre en évidence.

Nous avons parlé de ce problème spécifique avec nos experts du secteur  qui nous ont également donné quelques conseils utiles pour préserver de manière générale la santé de nos cheveux.

Pourquoi Covid a-t-il provoqué une augmentation de la perte de cheveux et dans de nombreux cas également de la calvitie ?

calcvitie

En raison de l’impact global de la pandémie, les cheveux ont beaucoup souffert au cours de la dernière année et demie. Le stress, les soucis économiques, un sentiment de précarité constante et moins de socialité ont généré un état d’anxiété rarement vu auparavant. Et le follicule pileux est un organe fortement affecté par les situations psychodynamiques. 

Avec le Covid, une dynamique inédite s’est enclenchée, et comme la calvitie est une pathologie multifactorielle, elle est fortement affectée par les influences extérieures, notamment émotionnelles, et réagit en conséquence.

De quels pourcentages parle-t-on ?

La chute de cheveux progressive touche près d’un homme sur deux et touche également un public de plus en plus féminin, entraînant des malaises d’ordre esthétique, physique et souvent même psychologique. 39% des hommes et 13% des femmes vivent avec le problème de la calvitie dans notre pays. La France occupe les premières places du classement mondial en termes d’incidence de la maladie dans la population.

L’élément psychologique est-il fondamental dans l’économie de la vie et de la santé capillaire ?

Absolument oui, les cheveux et les follicules sont affectés, dans la vie de chacun d’entre nous, par de nombreuses situations qui causent leur souffrance, principalement le stress.

Quelles sont les causes contributives qui peuvent aggraver la calvitie ?

La calvitie est causée par une combinaison de facteurs dégénératifs héréditaires et individuels qui créent une souffrance folliculaire. En plus de la prédisposition génétique, en effet, il peut également y avoir des causes contributives telles que des problèmes de thyroïde, des maladies auto-immunes, l’utilisation de certains médicaments, la maladie cœliaque, l’anémie, les troubles alimentaires, la grossesse, un fort stress psychologique, qui amplifient le problème androgénétique et souvent le rendre plus évident.

Les modes de vie peuvent-ils aider à le combattre ?

Il est clair que le stress, le tabagisme, le manque de sommeil et la consommation de médicaments peuvent aggraver l’évolution de la calvitie qui en elle-même a des causes différentes dans ses formes.

Dans quelle mesure la pollution affecte-t-elle la mauvaise santé des cheveux ?

Les rayons ultraviolets, la pollution, les poussières fines et la saleté dans l’air contribuent à parts égales à enlever la vitalité de la tige capillaire, la salissant. Le stress oxydatif des rayons ultraviolets et de toutes les substances toxiques peut aggraver la souffrance folliculaire interne du cheveu lui-même.

Il est important de bien se laver les cheveux, même tous les jours, en utilisant les bons produits : un shampoing délicat, un après-shampooing fortifiant et un spray protecteur aux protéines de soie hydrolysées capables de redonner de la force aux cheveux fragilisés par les ultraviolets et la pollution des villes.

Que dire des teintures capillaires et autres soins de beauté utilisés principalement par les femmes ?

solutions-calvitie

Il est vrai que le follicule est le point où se crée la véritable souffrance des cheveux et la perte qui en résulte, mais il est également vrai que les teintures, les décolorations et l’utilisation fréquente de la plaque peuvent encore affaiblir les cheveux déjà stressés.

Vous avez mentionné plus tôt qu’il n’y a pas un seul type de calvitie et que cela peut varier d’une personne à l’autre. Dites-nous mieux…

La calvitie est un problème esthétique soutenu par une base clinique très répandue, dans laquelle les follicules perdent leur capacité à donner naissance et à faire pousser les cheveux avec le temps. Il existe différentes formes de chute de cheveux, les modalités et les causes physiologiques varient. La plus courante est l’alopécie androgénétique (Aga), un problème génétique qui peut se développer dans différentes zones : tempes, vertex, clerc, à différents moments (début précoce ou tardif) et concerne certaines zones de la tête qui varient d’une personne à l’autre, ont des follicules génétiquement faibles.

La cause de cette pathologie est une hypersensibilité à la Dihydrotestostérone (DHT), produite aussi bien chez l’homme que chez la femme, pour laquelle les follicules pileux de certaines zones entrent dans une phase de détresse circulatoire, provoquant un affinement du cheveu qui tombe ensuite.

La pelade est la forme de calvitie avec de petites plaques rondes sans poils. La cause sous-jacente est un conflit inflammatoire provoqué par des anticorps du même patient qui endommagent les follicules, une sorte de maladie auto-immune qui considère les follicules pileux comme l’organe cible. Ce type d’alopécie est soutenu par une condition pathophysiologique inconnue. Les follicules ciblés peuvent reprendre leur activité lorsque le conflit inflammatoire auto-immun est réduit. L’inconvénient est sa récidive.

Une autre pathologie spontanée, qui survient indifféremment chez l’homme et la femme, est l’alopécie cicatricielle. C’est une forme qui affecte le cuir chevelu de la zone du front, qui devient dur et fibreux, de sorte que les follicules présents dans cette zone souffrent, provoquant une rétraction de la racine des cheveux. Chez la femme, cette pathologie peut être liée à un stimulus irritatif. Des coiffures particulièrement serrées, telles que la queue de cheval, peuvent provoquer une traction sur les follicules pileux, provoquant ainsi une rétraction de la ligne de fixation au fil du temps de même trois centimètres ou plus, donnant lieu à ce que l’on appelle l’alopécie des cicatrices de traction.

Quelles sont les méthodes disponibles aujourd’hui contre la calvitie ?

Disons tout de suite qu’un complément ou un shampoing anti-chute n’est pas un remède. Et disons aussi qu’une greffe de cheveux, que les gens pratiquent souvent pour combler un amincissement, est quelque chose qui ne guérit pas les cheveux malades et qui, à lui seul, ne suffit pas. Souvent, de nombreuses personnes quittent leurs pays pour recourir aux autogreffes, mais la chirurgie seule ne permet pas d’arrêter l’évolution de la calvitie.

Aujourd’hui, il est possible de lutter contre la calvitie, à condition de comprendre le problème qui sous-tend la souffrance des follicules. La perspective d’amélioration est large grâce aux thérapies cliniques capables d’augmenter la santé des follicules, il faut agir sur plusieurs fronts. Une approche inclusive coordonnée du patient est la manière moderne de traiter la calvitie et son évolution, en favorisant des résultats cliniques, esthétiques et durables maximaux.

Il s’agit d’un problème évolutif qui doit être traité de manière inclusive avec une approche globale, sphérique et durable à 360 degrés. Les follicules doivent revenir pour avoir une bonne circulation, oxygénation et alimentation ; l’objectif est de réduire l’inflammation folliculaire afin qu’ils puissent à nouveau repousser les cheveux de la meilleure façon possible. Si les shampoings anti-chute, les suppléments ou les autogreffes ne garantissent pas des résultats stables dans le temps, au contraire les nouvelles thérapies inclusives multidisciplinaires liées à la médecine régénérative ouvrent des scénarios totalement inédits pour faire face à un problème aussi complexe.

Les protocoles de médecine inclusive sont capables de donner d’excellents résultats esthétiques. Une voie de médecine inclusive agit sur tous les follicules de manière synergique avec trois objectifs principaux : le blocage de la chute pathologique, le rééquilibrage de la fonctionnalité folliculaire et le renforcement des cheveux fins et clairsemés, suivi d’une amélioration esthétique et souvent d’une grande repousse grâce au traitement des dysfonctionnements folliculaires des patients.

Concrètement, comment fonctionne la médecine régénérative ?

résoudre calvitie

La médecine régénérative a fait de grands progrès dans ce domaine, notamment en ce qui concerne les cellules souches, cellules qui, en se reproduisant, ont la capacité de se transformer en d’autres types de cellules. Certains protocoles partent du problème personnel de l’individu et utilisent les cellules du patient pour réveiller les follicules dormants qui n’ont plus la force et les nutriments nécessaires à la repousse des cheveux. Le follicule, cependant, n’est pas mort, dans la plupart des cas, le bulbe continue la production de cheveux, cependant plus fins et moins pigmentés, renvoyant l’effet visuel de l’amincissement. Au fil du temps, les nouveaux cheveux deviendront de plus en plus faibles et la détérioration des follicules empêchera leur repousse.

Aujourd’hui, il est possible de collecter les cellules du patient à haute capacité de régénération, de manière totalement indolore, à l’aide des soi-disant séparateurs de cellules, de machines informatisées. La nouveauté est la capacité d’extraire des cellules et des protéines anti-inflammatoires qui, une fois injectées dans le cuir chevelu, éteignent l’inflammation des follicules pouvant entraîner la chute des cheveux.  

La meilleure technologie s’appelle hCRP et elle récupère plus de 96% (moyenne 90%) des jeunes cellules. Parmi les cellules souches impliquées dans la stimulation on retrouve les rares CD34+, progéniteurs des bulbes pileux, également présents dans la papille dermique du follicule, parmi les principaux responsables du développement et de la repousse du follicule. Ceux-ci sont prélevés directement dans le sang du patient, sont traités, de sorte que la concentration finale est une haute densité de facteurs de croissance actifs extraits des cellules jeunes, puis réintroduits dans les zones d’amincissement.

Est-il possible d’agir même lorsque la calvitie est déjà avancée ou faut-il intervenir avant un certain stade de celle-ci ?

calvitie avancée

La calvitie doit être traitée et contrastée dans le temps. Il serait souhaitable de le traiter dès les premiers signes d’amincissement, mais il peut également être traité en cas d’amincissement marqué. La rapidité d’intervention est essentielle. La calvitie est un problème qui ne peut être prévenu, mais intervenir avec des thérapies régénératives et inclusives dès les premiers signes d’amincissement des cheveux aide certainement à défendre les follicules malades et à traiter ceux qui se sont affaiblis. Les traitements dédiés à la calvitie sont différents selon les causes de la chute.

De manière générale, comment améliorer la durée de vie de nos cheveux, tout en préservant leur longévité ?

Compte tenu de l’incidence de la calvitie et de la possibilité d’avoir des souffrances folliculaires dues à différentes situations de la vie quotidienne, nous pensons que c’est la bonne façon d’éviter de traiter la calvitie comme une imperfection triviale. Grâce aux bilans personnalisés, les experts peuvent évaluer la santé des cheveux des patients, offrant ainsi des conseils personnalisés ad hoc afin de garder les cheveux en forme et autant que possible dans le temps.